Trump, une tragédie américaine

Trump, une tragédie américaine

Causeur

Image: Soleil.

Début septembre, on a pu voir dans le Forum du commandant en chef, une émission de la chaîne NBC, un spectacle étrange. Pendant une demi-heure, Donald Trump, l’homme qui pourrait dans quelques mois devenir le chef des armées américaines, a palabré confusément sur la crise irakienne, appelant carrément, comme l’a écrit un journaliste du Daily Beast, « à commettre des crimes de guerre ». « Take the oil in Iraq », a-t-il répété. Et quand on lui a demandé comment il comptait s’y prendre, Trump a répondu qu’il fallait « laisser quelques groupes s’emparer du secteur… vous savez, avant ça s’appelait la paix des vainqueurs. Aujourd’hui, il n’y pas de vainqueur, croyez-moi. Il n’y a pas de vainqueur. Mais j’ai toujours dit : prenez le pétrole et gardez le pétrole, gardez le pétrole, gardez le pétrole ». Tout en fustigeant la politique étrangère d’Obama accusé de montrer une puissance américaine « arrogante, dédaigneuse, moqueuse et coloniale »

D’innombrables articles de presse ont été consacrés à la dilection de Donald Trump pour les insultes, ses absurdes tweets nocturnes, son engouement pour les théories du complot – il n’a reconnu que depuis quelques semaines qu’Obama était né aux États-Unis… –, son narcissisme grandiloquent, sa vanité et son incapacité à distinguer la fiction de la réalité.

Son discours est souvent incohérent et désarticulé, ses fins de phrases n’ayant que peu à voir avec leur début. Trump enchaîne des mots sans liens entre eux, les émaillant de répétitions et de bizarreries langagières.

Il n’y a bien sûr rien d’extraordinaire dans le fait que Donald Trump soit incohérent, grandiloquent et déconnecté de la réalité. Ce qui est stupéfiant et angoissant, c’est qu’un si grand nombre d’Américains acclament ses délires avec enthousiasme.

C’est la démocratie, dira-t-on. Certes. De plus, la Maison-Blanche est extrêmement contrainte par les pouvoirs législatif et judiciaire. On se demande cependant lesquelles de ses innombrables promesses Trump réalisera. Il s’est engagé à commencer à expulser 11 millions d’immigrés en situation irrégulière dans l’heure suivant son intronisation. Il a déclaré vouloir interdire l’entrée aux États-Unis aux musulmans, sans préciser si les citoyens américains seraient concernés ni comment l’État allait reconnaître les musulmans à bannir.

[...]

view Causeur