W. de Saint-Just : "On n'interne pas administrativement des gens avant qu'ils aient commis une infraction"

W. de Saint-Just : "On n'interne pas administrativement des gens avant qu'ils aient commis une infraction"

i>TELE

Wallerand de Saint-Just était l'invité de "Dimanche politique" dimanche 9 octobre. Le trésorier du Front national a donné sa version des faits à propos de sa mise en examen pour recel d'abus de biens sociaux, dans le cadre de l'affaire du micro-parti Jeanne, affilié au Front national : "Ma sincérité est totale dans cette affaire. (...) Si nous avons dû mettre en place en ce système c'est que, à l'époque, nous avions des difficultés financières", s'est justifié le conseiller régional, critiquant par la même occasion les banques françaises, qui refusent de financer le parti d'extrême droite. Wallerand de Saint-Just a ensuite critiqué la proposition de Nicolas Sarkozy d'organiser un référendum quant à l'internement administratif des fichés S les plus dangereux : "En droit français et selon les grands principes qui régissent notre société démocratique, on n'interne pas administrativement des gens avant qu'ils aient commis une infraction. Et c'est complètement inutile." Wallerand de Saint-Just a ensuite débattu du Brexit et de la crise migratoire avec Dominique Sopo, président de SOS Racisme, le chercheur François Gemenne et Sylvain Cyper, journaliste au "Monde".
view i>TELE