Policiers attaqués au cocktail Molotov: Cazeneuve promet que les "sauvageons" seront "rattrapés"

Policiers attaqués au cocktail Molotov: Cazeneuve promet que les "sauvageons" seront "rattrapés"

Le Huffington Post

POLITIQUE - Bernard Cazeneuve exprime son indignation. Les policiers attaqués samedi avec des cocktails Molotov à Viry-Châtillon (Essonne) ont été "confrontés à une bande de sauvageons qui ont agi avec lâcheté", et qui seront "rattrapés", a jugé lundi 10 octobre sur RTL le ministre de l'Intérieur.

Les quatre agents "ont été confrontés à une bande de sauvageons qui ont agi avec lâcheté", a déclaré le ministre, faisant sienne une expression de l'ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement pour parler des jeunes délinquants.

"Cette agression est une abjection"

"Dans 'sauvageon' il y 'sauvage'", a expliqué Bernard Cazeneuve, sans pouvoir préciser s'il y avait des mineurs parmi les agresseurs. "C'est une véritable attaque barbare, sauvage, qui était destinée à tuer" (voir dans la vidéo en haut de cet article).

Les policiers effectuaient une mission de surveillance à proximité d'un feu rouge de la cité difficile de la Grande Borne, à cheval sur les communes de Viry-Châtillon et Grigny, un secteur connu pour ses vols avec violences sur des automobilistes, lorsqu'ils ont été la cible d'une "dizaine" de personnes "cagoulées" selon le ministre.

"Cette agression est une abjection et ceux qui l'ont commise seront rattrapés par la justice et, je le souhaite, très sévèrement punis", a-t-il ajouté.

Bernard Cazeneuve a rendu visite samedi soir aux policiers blessés. Le pronostic vital de l'un d'eux, adjoint de sécurité de 28 ans, "très grièvement brûlé aux mains et sur l'ensemble du corps", était "engagé", avait indiqué dimanche le procureur de la République d'Evry.

"Il n'y a pas de zone de non-droit en France"

"Son état est sérieux, il est pris en charge de façon absolument remarquable par les personnels hospitaliers" et "je suis convaincu qu'il se remettra", a déclaré Bernard Cazeneuve.

Bernard Cazeneuve a prévu de retourner voir les policiers blessés lundi soir. Avec le premier ministre Manuel Valls, il entame ce même jour une tournée de commissariats de l'Essonne. Tous deux doivent ensuite se rendre auprès des policiers d'Athis-Mons, Juvisy et Evry pour apporter leur soutien.

"Il y a une violence dans certains quartiers qui s'exerce autour notamment des trafics de stupéfiants et face à cette violence nous sommes déterminés", "Il n'y a pas de zone de non-droit en France", a dit Bernard Cazeneuve.

Dans le quartier de la Grande-Borne "45 emplois ont commencé à arriver" et seront déployés d'ici la fin de l'année. "Nous recréons des unités de force mobile", et "tous les jours nous procédons à des arrestations", a-t-il affirmé.

Ce sont "des sujets qui nécessitent une action de la police, un soutien à la police", passant notamment par la "création de postes", a dit le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll lundi sur France 2. "C'est une action qui doit se conduire aussi au niveau de l'éducation, (...) au niveau économique, (...) aussi sur la lutte contre les discriminations", a-t-il déclaré.

Lire aussi :

"Pronostic vital engagé" pour l'un des policiers blessés

Deux policiers "sérieusement blessés" par des cocktails Molotov dans l'Essonne

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

À voir également sur Le HuffPost:

view Le Huffington Post