La Gaule pour tous!

La Gaule pour tous!

Causeur

Le 15 septembre, Madjid Si Hocine, médecin, appelait, dans Libération, à la dé-zemmourisation des esprits. « Il faut déradicaliser Éric Zemmour », écrivait-il, finaud – les attentats commis par Zemmour ont dû m’échapper. Trois jours plus tard, paraissait dans le JDD l’enquête de l’institut Montaigne révélant, entre autres données désastreuses sur l’intégration, que 28 % des musulmans de France feraient passer la charia avant la loi de la République. Et on était tenté de répondre au docteur Hocine : ce n’est pas la France qui se zemmourise, c’est la réalité1. Réalité qui s’ingénie, dirait-on, à réaliser les plus sombres observations de notre brillant ami sur le caractère foncièrement inassimilable de l’islam de France. L’enquête dirigée par Hakim El Karoui est peut-être critiquable sur le plan méthodologique, comme l’ont abondamment expliqué les nombreux experts en maquillage du réel appelés à la rescousse pour faire oublier ses déplorables observations. Elle indique des tendances plus que des faits précis. Elle n’en confirme pas moins l’expérience sensible de nombre de nos concitoyens. Hors des paroxysmes que constituent les attentats, difficile d’ignorer qu’un choc des civilisations de faible ou moyenne intensité se déroule au quotidien dans de multiples points de notre territoire. À moins, bien sûr, d’être un journaliste-de-gauche, auquel cas on s’emploie à dénoncer bruyamment le messager afin de ne surtout pas entendre le message.

Saisis par le réflexe pavlovien que suscite toujours chez eux la parution d’un nouveau Zemmour, les confrères de la bonne presse et des médias convenables se sont partagés entre le tombereau d’injures et l’étouffoir. « Faut-il bannir Zemmour des écrans de télé ? », s’interroge gravement Les Inrocks, la réponse étant bien sûr dans la question. Thierry Ardisson l’a fait comparaître devant un tribunal composé des sommités de la profession – Bourdin hésitait entre colère et résignation, Ruquier semblait presque dégoûté, le pauvret a des remords, il croit pour de bon que, sans lui, Zemmour n’existerait pas. Il a donc décidé que le public de France 2 devrait être protégé de sa mauvaise influence, de même que la direction de France Inter où il est interdit d’antenne. J’ignorais que le service public de l’audiovisuel fût chargé de la rééducation des masses zemmourisées. Dans l’article de Libé sur Zemmour, intégré à un dossier sur la « fachosphère » (au cas où on n’aurait pas compris), il est question de « discours toujours plus nauséabond », de « goût de moisi », et d’« idées nauséabondes ». En clair, la gauche olfactive a toujours du nez. Bizarre qu’elle ne flaire pas que ça sent le roussi pour son magistère.

Bien entendu, aucun de ces grands esprits ne s’abaisserait à réfuter les arguments de Zemmour, auraient-ils peur d’être zemmourisés à leur tour ?

[...]

  1. Je paraphrase, ici, une vieille formule de Laurent Joffrin, au sujet, déjà, des « néo-réacs ». « Ce n’est pas la droite, qui devient réac, c’est la réalité », avait-il remarqué fort justement – sans d’ailleurs tirer la moindre conséquence de cette observation.
view Causeur