Attentats à New York et dans le New Jersey : la piste djihadiste se renforce

Attentats à New York et dans le New Jersey : la piste djihadiste se renforce

Marianne

Le profil du suspect interpellé après les attentats du week-end à New York et dans le New Jersey laisse penser aux autorités américaines qu'il s'agit d'un individu radicalisé. Même si pour l'heure, aucun lien n'a été trouvé avec Daech par exemple, qui a en revanche revendiqué l'attaque au couteau dans le Minnesota.

La police américaine a interpellé et inculpé le principal suspect d'attentats ce week-end à New York et dans le New Jersey. Selon les autorités, le profil de cet Américain d'origine afghane renforce l'hypothèse d'une attaque d'inspiration djihadiste. "Nous avons désormais toutes les raisons de penser que l'attaque" - qui a fait 29 blessés - était bien "un acte de terrorisme", a déclaré le maire de New York, Bill de Blasio, après son arrestation. Il a précisé qu'"aucun autre individu n'était recherché" pour l'attentat de New York et un agent du FBI a ajouté ne disposer à ce stade d'"aucune information" sur une cellule terroriste "opérationnelle".

De fait, quelques informations troublantes ont commencé à filtrer sur le passé et les motivations d'Ahmad Khan Rahami, 28 ans, arrêté ce lundi 19 septembre à Linden (New Jersey), tout près de la ville d'Elizabeth où il habitait, après une fusillade avec les forces de l'ordre. Le New York Times cite des amis du suspect qui ont remarqué "un changement de comportement et de sa pratique religieuse, après ce qu'ils croient avoir été un voyage en Afghanistan". Ahmad Khan Rahami a "beaucoup" voyagé, notamment en Afghanistan et au Pakistan, où il avait une épouse, a confirmé le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, sur CNN. "Mais nous n'avons trouvé à ce stade aucun lien avec l'ISIS (acronyme anglais du groupe Etat islamique, ou Daech, ndlr), les talibans etc qui pourrait expliquer ce comportement", a-t-il précisé.

"Aucun lien" avec le Minnesota

Le jeune homme a été formellement inculpé lundi soir pour tentatives de meurtre et possession d'une arme à feu, rapportent les médias américains, mais ces chefs d'accusation ne sont encore liés qu'à la fusillade qui a conduit à son arrestation et non aux attentats eux-mêmes. Le maire d'Elizabeth, Chris Bollwage, a souligné qu'il n'était "pas dans les radars" de la police locale. Ahmad Khan Rahami est soupçonné à la fois pour l'explosion survenue samedi soir dans le quartier de Chelsea, à Manhattan, et pour la bombe artisanale placée sur le parcours d'une course à pied organisée samedi matin à Seaside Park, une ville côtière du New Jersey. Cette bombe n'a pas fait de victimes, le départ de la course ayant été retardé.

D'autres engins artisanaux, qui n'ont pas explosé, ont été retrouvés ce week-end : un tout près du site de l'explosion à Manhattan et d'autres dans le New Jersey, dont l'un dans une gare proche de l'aéroport de Newark, près d'Elizabeth. Les autorités n'ont trouvé à ce stade "aucun lien" entre ces attentats et celui perpétré dans un centre commercial du Minnesota samedi, a indiqué le président Barack Obama. Là, un étudiant d'origine somalienne a blessé dix personnes à l'arme blanche avant d'être abattu par un policier. A ce stade, seule cette attaque du Minnesota a été revendiquée par Daech.

view Marianne