Un poison nommé Eva

Un poison nommé Eva

GQ
L’ex-James Bond girl est de retour au cinéma chez Tim Burton, son nouveau mentor. Créature gothique, femme fatale, qui se cache au juste derrière Eva Green ? GQ a voulu en avoir le coeur net.

Imaginez que vous soyez élevé dans un pensionnat, et que la directrice, avec ses grands yeux violets et son corps plantureux sanglé dans un corset à l’ancienne, soit l’objet de tous vos fantasmes. Imaginez que cette directrice ressemble à Eva Green. Vous voici dans Miss Peregrine et les enfants particuliers, le nouveau film de Tim Burton. Après Casino Royale, 300: Naissance d’un empire, Sin City, ou la série Penny Dreadful, la plus gothique des stars d’Hollywood change de registre: "Miss Peregrine est une mère, et je n’en avais jamais joué, explique Eva à GQ par téléphone depuis Londres où elle habite. C’est un personnage très déterminé, prêt à sacrifier sa vie pour les défendre. Une espèce de Mary Poppins déjantée, presque un personnage de dessin animé, bon et sans noirceur aucune."

Après Winona Ryder, Lisa Marie ou Helena Bonham Carter, Eva Green, 36 ans, est la nouvelle muse du réalisateur américain. En 2012, elle incarnait déjà une sorcière sexuellement vorace dans le très réussi Dark Shadows. "Tim m’a demandé de lire le livre de Ransom Riggs. Je lui ai répondu que je jouerais n’importe quoi pour lui, je suis une fan absolue depuis toujours. J’ai vu je ne sais combien de fois Edward aux mains d’argent et Beetlejuice. Mais il a insisté pour avoir mon avis", raconte l’actrice. Une entente qui a encouragé les gazettes américaines à imaginer une romance entre eux… Il est vrai que l’actrice ne tarit pas d’éloges sur son nouveau pygmalion: "Pour moi, son univers n’a rien de triste ou de sombre mais, du coup, j’ai un peu l’impression de vivre dans un monde parallèle. Je le trouve très normal et très ouvert, ce qui est assez rare dans ce métier de dingues. C’est facile et joyeux d’être sur un plateau avec lui." Elle ajoute même "gentil, humble, léger, poétique" aux qualités qu’elle attribue au réalisateur…

view GQ