La jihadiste a failli être libérée pour un courrier en retard

La Dépêche

La justice a finalement ordonné hier le maintien en détention provisoire d'une femme de 36 ans détenue dans un dossier terroriste, alors qu'un imbroglio de procédure aurait pu conduire à sa remise en liberté. Les magistrats devaient dire si une convocation judiciaire irrégulière parce qu'envoyée avec du retard était de nature à entraîner la remise en liberté de cette détenue dès hier soir. A l'issue des débats, la cour d'appel de Paris a...

view La Dépêche